Les indemnités kilométriques

Qu’est-ce que les indemnités kilométriques ?

Une indemnité kilométrique est une compensation financière accordée au salarié utilisant son véhicule personnel (qu’il s’agisse d’une voiture, moto ou encore vélo) dans le cadre de leur travail.

Il s’agit d’un avantage fiscal puisque ces indemnités permettent aux salariés bénéficiaires de calculer, selon un barème précis, leurs frais professionnels à partir du montant de leur déclaration d’impôts sur le revenu.

Quels sont les frais couverts ?

Les frais relatifs à l’usage du véhicule personnel lors de déplacements professionnels sont pris en charge. Ils comprennent le nettoyage, l’achat de nouveaux pneumatiques, l’assurance annuelle et le carburant.

A noter : Les trajets domicile-entreprise ne sont pas pris en compte dans les indemnités kilométriques.

Quel barème ?

Le barème kilométrique est publié en début d’année par l’administration fiscale. En 2018, il a été publié le 24 janvier et correspondait au même que celui de 2017.

En 2019, le barème a été publié sur le site du ministère de l’économie en Mars et répertoriant ainsi les barèmes pour les voitures et les motos mais également les scooters ainsi que pour la première fois les vélos.

Pour rappel, il dépend du nombre de chevaux fiscaux du véhicule et un coefficient précis est appliqué en fonction de la distance parcourue dans l’année par le salarié bénéficiaire selon 3 fourchettes (ces dernières correspondent à des intervalles de distances effectuées).

En ce qui concerne les vélos, l’indemnité kilométrique est égale à 0,25€ par kilomètre effectué.

Pour 2019, l’avantage a été revu à la hausse de 10% pour les véhicules de 3 CV et de 5% pour ceux de 4CV suite à une annonce du premier ministre le 14 novembre 2018.

Le barème est limité depuis 2015 à un véhicule d’une puissance maximale de 7 chevaux fiscaux.

A noter : Le covoiturage peut être comptabilisé par le barème au même titre que les tarifs des péages.

Les frais réels

Dans le cadre de l’indemnité kilométrique on distingue les frais réels de la déduction forfaitaire. Les frais réels doivent être prouvés par des justificatifs (factures) datés et précisés d’un motif.

Mis en ligne le 31-05-2019